Nos explications au sujet de l’écriture inclusive ainsi qu’un rappel des responsabilités de la plateforme

Publié le 04 janvier 2022 par Elon Tusk @admin2372
 
 

  L'image ne s'affiche pas entièrement ? Zoomez en utilisant votre souris ou navigateur !

inclu7

   Le contenu et les points de vues des articles et commentaires n'engagent que leurs auteurs respectifs.

 

France d’après donne une voix à celleux qui n’en ont plus, mais nous n’avons pas pour autant vocation à nous faire mettre des mots dans la bouche.

 

Il a été porté à notre attention que certains éléments de la plateforme comportaient à la suite d’une mise à jour automatique, ce qu’il est désormais convenu d’appeler “de l’écriture inclusive”.

 

Quelque-chose ne colle pas, en effet.

 

Nous tenions donc à présenter nos excuses auprès des utilisateurs·rices qui auraient pu se sentir blessés par cette initiative qui – si elle n’est évidemment pas de notre fait – tombe de fait sous notre responsabilité.

Pour ne rien vous cacher, nous avons trouvé la chose amusante de prime abord, et avons envisagé un temps de l’y laisser, avant de réaliser qui étaient les responsables.

 

S’imposent à ce titre quelques explications et rappels des notions fondamentales ayant cours sur notre plateforme.

 

Les Rappels.

 

Ça serait quand même dommage de rater sa dose de rappel

 

Francedapres.com ( FDA ) est une plateforme de internet de blog de droit étasunien, à destination de la francophonie.
En qualité d’hébergeur de contenu tiers, Francedapres.com ne peut voir sa responsabilité mise en cause au titre de la section 230 du Communications Decency Act de 1996.

 

Pour ceux qui savent lire entre les lignes, il s’agit ici de rappeler que si nous ( FDA ) ne pouvons être tenus pénalement responsables des contributions de nos auteurs, notre responsabilité pénale ( et surtout morale ) peut se voir engagée dans certains cas, tels que ;

1 – Nos propres billets ( publiés sous l’unique catégorie 👨🏻‍⚖️ Messages de l’Administration  )
2 – De mauvais réglages techniques de notre part sur la plateforme

 

  • 1  –  Hormis d’épisodiques mises à jour de sécurité, de fonctionnalités ou de lettres d’excuses comme celle-ci, FDA ne publiera jamais de billets d’humeur en son nom.
    Nous ne sommes pas un journal d’opinion et n’avons pas vocation à le devenir.
    Si certains membres d’équipage souhaitent s’exprimer, ils le feront sous leurs noms et responsabilités propres,  au même titre que tout utilisateur de la plateforme, et sans évidemment faire valoir leur qualité ou engager la responsabilité de FDA.
  • 2 –  Tout ce qui a trait aux fonctionnalités de la plateforme tombe sous notre responsabilité.
    En l’espèce, une fuite de néologismes militant ayant défiguré une partie de notre plateforme, déclanchant au passage des douleurs chez nos plus sensibles utilisateurs·rices.

 

Les Faits.

 

Une histoire qui commence bien

 

Pour faire court, cet incident est dû à une mise à jour automatique des traduction de certaines de nos fonctionnalités ( plugins ) .
Les lecteurs et utilisateurs les plus fidèles se souviendront que notre plateforme était jusqu’alors intégralement proposée en langue anglaise.

Ceci se justifiait d’une part car notre audience est principalement nord-américaine ( québecoise et franco-américaine, disons-le ) , et d’autre part car les traductions françaises sont souvent bénévoles, médiocres, redondantes, verbeuses et donc assez peu adaptées aux interfaces utilisateur “lean” ( particulièrement sur mobile ) auxquelles nous sommes habitués outre-atlantique.

Nous n’imaginions cependant pas que ces bénévoles pousseraient le vice jusqu’à nous coller de l’écriture inclusive, mais nous n’étions pas au bout de nos surprises.

Rappelons par ailleurs que tout n’est pas imputable à vos cousins d’outre-atlantique et à leurs universitaires progressistes ( le concept de mots “mâles et femelles” n’existe pas en langue anglaise ).
Ainsi, l’écriture inclusive est bien une invention franco-française datant des années 1980 et soutenue aujourd’hui par des femmes françaises telles que l’autrice ( oui l’autriceÉliane Viennot.

Eh bah voila.

 

Tout en respectant notre devoir de neutralité en tant que plateforme, et sans donner notre opinion sur la nécéssité rélle ou supposée de changer les mots pour lutter contre les discriminations faites aux uns et aux autres, il reste de notre devoir de proposer une expérience utilisateur de qualité.

Ce qui implique pour nous de limiter au maximum le superflu ( temps de chargement, fonctionnalités obscures ou inutiles, affichage de textes à l’écran ),  à l’image de ce que font les équipes d’Apple, par exemple.

Cette extrait illustre bien le problème qui se pose.

L’anglais américain est la langue de la concision et de la pensée synthétique : “Just do it” et “Think Different”.  Tout ça est déjà assez compliqué à transposer en français, alors pourquoi en rajouter en mutilant votre langue ? Dans quel but ?

D’un coté vous avez 171 caractères pour 29 mots en français contaminé, contre 122 caractères pour 20 mots pour l’équivalent en anglais pur.

En matière de qualité de navigation et d’expérience utilisateur, la question ne se pose pas : nous avons donc passé plus d’une heure à évacer toutes ces scories et autres épicènes indésirables.
Certain.es ont pu passer entre les mailles du filet, donc n’hésitez pas à nous le signaler en commentaire.

 

Une fois ceci fait, nous avons voulu en savoir un peu plus sur les auteurs de cette situation épouvantable, afin que vous puissiez diriger votre courroux dans la bonne direction.

 

Qui sont les auteurs de cette situation épouvantable ?

 

Ah, mais qui vois-je donc poindre à l’horizon

 

Nous nous opposons à toute forme de “name and shame”, car il en va des valeurs de notre plateforme.

Cependant, nous fonctionnons actuellement ( comme 455 millions de sites internet, soit 43% de la toile ) grâçe au CMS WordPress ( pas les blog, le CMS ) .
Si vous l’ignoriez, WordPress est un logiciel libre sous license GNU/GPL, et se doit à ce titre de véhiculer des valeurs de partage, de transparence, et de liberté.

Dans le respect de ces valeurs, il nous semblait important que ces millions de gens sachent qui est à l’initiative de cette lamentable opération de sabordage.

Pour être bien clair, il n’y a pas mort d’homme et nous avons pu corriger le tir, puisqu’en tant que logiciel libre, le code est accessible et librement modifiable.

Mais la nocivité de la démarche est identique en nature à celle d’un Google ou d’un Facebook qui se permettraient de “modérer” du contenu pour parfaire aux humeurs des uns et des autres, ou pour un Twitter d’évincer de sa plateforme un Président en exercice : dans ces cas là, il n’y a pas de recours.

Nous tenions à insister sur ce point, car le pouvoir de nuisance potentiel de ces gens n’a absolument rien à envier aux géants du web ( 43% du web, ça n’est pas rien ).

Jean Baptiste Audras, représentant français de l’équipe Core du CMS @audrasjb

Celui ci semble être le plus véhément soutient de cette défiguration à grande échelle de l’interface utilisateur de webmestres innocents.

 

L’initié reconnaîtra l’arrogance passive-agressive du branleur de forum open-source, lorsque le profane n’y verra qu’un simple branleur arrogant et passivement agressif.

 

On pourrait synthétiser sa réponse par : “Bonjour, et merci pour votre commentaire. Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, je vous emmerde, belle journée 😉”.

Alors que la réponse correcte eût été :

“Bonjour, si vous le souhaitez, les versions originales sont téléchargeables à cette adresse, belle journée 😉 “.

 

Mais manifestement, il n’a jamais été question d’établir un dialogue.
L’individu part ensuite dans une tirade délirante où il tente de calquer des valeurs militantes dites de “diversité et d’inclusion” sur la notion de logiciel libre, invoquant par la suite une volonté des fondateurs américains du projet.

Ce qui est d’autant plus grotesque, que rappelons le, la notion de mots “mâle et femelle” n’existe pas en langue anglaise.
Il s’agit donc encore et toujours de défigurer les sites internet de webmestres innocents, ce qui est méchant 

A égale responsabilité ( en titres) nous retrouvons un certain FX , Didier, et une Jenny.

Tous n’ont pas été aussi vocaux, et il est fort possible qu’ils n’aient fait que suivre des ordres, à l’exception près du jeune FX, qui semble très engagé dans la bannissement de termes techniques,  probablement moins pour faire plaisir à des gens que pour se montrer comme quelqu’un de bien pour pas cher, du haut d’une position publiquement inattaquable.

 

Ils ont aussi fait le coup avec les termes “disque dur maitre / esclave”, pour les connaisseurs

 

 

Mais pourquoi sont IELS si méchants ?

 

 

Notre boulot n’est pas de tenir des discours militants, mais simplement de vous proposer une plateforme d’expression qui tienne la route et ne devienne pas le reflet défiguré du zeitgeist par les vociférations des un.es et des autres.

Nous voulions néanmoins vous partager un article d’une certaine Eromakia intitulé “[Insulte suprême] – WordPress m’a traitée d’autrice !”  et dont la lecture vous éclairera peut-être sur les raisons cachées de toute cette agitation.

Cet article offre le point de vue d’une femme ( puisqu’apparemment, c’est de ça dont il s’agit ).
Nous ne balancerons pas l’intégralité de l’article, puisque ça n’est pas le sujet, mais plutôt quelques morceaux choisis, ainsi qu’une republication de sa vidéo de conclusion, en guise de dessert.

“Quelle ne fut ma stupeur l’autre soir,(…)  de découvrir que MON PROPRE SITE ME TRAITAIT D’AUTRICE !!! Moi !! Moi qui n’ai pas de mots assez durs pour dire ce que je pense de cette saloperie d’écriture inclusive ; moi qui ai même fait un site entier dédié aux cochoncetés féministes ! J’ai failli avoir une attaque.”
(…)

Je prends du coup 5 minutes pour réexpliquer que je suis UNE FEMME AUTEUR ! AU-TEURQue je conçois ce que j’écris avec mon cerveau, pas avec mes ovaires et que je n’ai pas besoin de m’humilier à pleurnicher que j’ai des organes sexuels féminins qui devraient être pris en compte aussitôt que je couche trois mots sur un clavier !

N’écoutant que ma fureur, je me suis contentée d’aller réveiller en pleine nuit un informaticien de mes proches pour lui demander, entre deux apnées, de nettoyer au plus vite mon site de ces déjections. Bon, en réalité, il ne dormait pas, était déjà occupé à écrire du code ou que sais-je, et ce n’était pas aussi simple à faire que je pensais.

Bon. Eh bien, sans émettre de jugement sur la santé hormonale de cette personne ( vous apprécierez en comparaison, la pondération de notre article ) il apparaitrait que  :

  • Il soit légitime pour certaines femmes de défigurer des oeuvres intellectuelles ( sites, blogs, langages entiers ) pour des questions d’équité
  • D’autres femmes n’acceptent pas cette situation qu’elles considèrent comme inéquitable
  • Toutes deux semblent cependant considérer légitime de tirer de leur sommeil des “informaticiens de leurs proches” ( toujours dans un soucis d’équité, probablement ).
    Nous avons d’un côté JB et FX de l’équipe de traduction de WordPress, trop contents de pouvoir défigurer le travail des gens pour le bon plaisir des premières, et de l’autre coté le malheureux informaticien qui se fera réveiller en pleine nuit par les secondes afin de réparer les dégâts causés par JB et FX.
  • Cette personne a une utilisation manifestement abusive des pronoms personnels, ce qui tendrait à souligner une position socio-professionnelle peu élevée, un manque de confiance en soi, une absence d’empathie et une intolérance à la frustration, souvent indicatives de tendances sociopathiques,

 

Quoiqu’il en soit. Voici comme promis la vidéo partagée à la fin de l’article de cette dame.

 


Bon, le type est assez militant, c’est sans doute marrant pas vraiment notre sujet.

Et même si on peut s’en amuser, tout ceci reste assez lamentable.
Comprenez bien que dès lors qu’on commence à changer le sens des mots et à défigurer le travail des gens, on crée les conditions d’un chaos futur.

Notre sujet c’est : allez faire ça sur twitter et Laissez nous en paix.

I love dogs and crashing bitcoin ₿₿₿ 🐕🐶🐕‍🦺🐕‍🦺🐩🐶🐩🐕💉💉

    Connectez vous pour participer à la discussion

Pas encore membre ? Je m'inscris

2 Commentaires
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
trackback
[Insulte suprême] – WordPress m'a traitée d'autrice ! - Eromakia
7 jours plus tôt

[…] des semi-débiles qui n’ont jamais entendu parler d’humour passent sur cet article, cela peut donner ça : courrez vous acheter un cerveau, les gars […]